Tag "Forêt"

8 novembre 2012  |  Aucun commentaire  |  

Le geai des chênes (Garrulus glandarius) est un corvidé présent dans la plupart des habitats forestiers et bocagers. Véritable sentinelle, il passe son temps à alerter dès qu’il voit un animal plus grand que lui.  Omnivore, il adapte son régime alimentaire selon ses besoins et les saisons … insectes, fruits, oisillons … A l’automne, il affectionne particulièrement les glands et les châtaignes qu’il cache ensuite pour faire des réserves hivernales.

6 novembre 2012  |  Aucun commentaire  |  

Avec les fortes pluies d’automne, les sols en forêt sont totalement gorgés d’eau. L’eau ruiselle alors pour rejoindre le lit de petits torrents forestiers. Un temps d’exposition de plusieurs secondes permet d’apporter une dynamique à la scène en créant un filé d’eau  avec un aspect vaporeux.

27 septembre 2012  |  6 Commentaires  |  

Fin septembre, le brame du cerf est à son apogée. Les mâles sont en perpétuelle quête de femelles en oestrus. Brève dans le temps puisque les chaleurs ne dure que 36 heures, les mâles se concentrent alors autour de la biche pour attirer ses faveurs. Les cerfs satellites rôdent autour du maître de place qui marque sa présence et son excitation par de longs raires puissants.

17 juillet 2012  |  1 Commentaire  |  

L’engoulevent d’Europe (Caprimulgus europaeus) est un oiseau très discret aux moeurs essentiellement nocturnes. Son plumage parfaitement mimétique le rend très difficile à observer en journée. Migrateur l’hiver en Afrique, il rejoint la France en Mai pour se reproduire dans les friches et clairières forestières. Son chant nocturne est très caractéristique puisqu’il s’apparente au bruit d’un solex ! L’engoulevent est une espèce insectivore. La nuit, il n’est pas rare de l’observer sur les routes forestières chasser les insectes qui profittent de la chaleur dégagée par le bitume … donc prudence la nuit sur les routes !

10 juillet 2012  |  Aucun commentaire  |  

Début juillet, après plus de 6 mois de croissance, les cerfs retrouvent leur nouvelle ramure. Une fois la croissance des bois terminée, ils se minéralisent et durcissent. La fine pélicule de tissus appelée velour n’est alors plus irriguée par le sang.  Pendant quelques heures, le cerf fraie en frottant sa nouvelle ramure sur des arbres et ainsi libérer ses bois  des lambeaux de velours desséchés.