Chaque année, dès la fin février en forêt, l’heure des amours des grenouilles rousses (Rana temporaria) a sonné. Pendant seulement quelques jours, les grenouilles se rassemblent en grand nombre dans les petites mares forestières. Cette reproduction est qualifiée de brève et explosive ! Les couples se forment, le mâle agrippé à la femelle par les aisselles. La lutte pour perpétuer ses gènes est souvent rude et plusieurs mâles convoitent régulièrement une même femelle.  Les mâles du crapaud commun qui vont d’ici quelques jours également débuter leur reproduction  peuvent également s’inviter dans les ébats amoureux des grenouilles rousses … évidemment sans succès !

Une fois la ponte réalisée, les protagonistes regagnent la litière forestière pour y vivre une vie discrète durant tout le reste de l’année.

Grenouille rousse 4

Grenouille rousse 5

Grenouille rousse 6

Grenouille rousse 7

Grenouille rousse 8

Grenouille rousse 9

Grenouille rousse 10

Grenouille rousse 11

6 mars 2017  |  3 Commentaires  |  

Durant la période hivernale, mâles et femelles sont grégaires et peuvent vivre en groupes mixtes plus ou moins lâches, ce qui leur permet à la fois de mieux exploiter les ressources alimentaires mais aussi de se prémunir des prédateurs.

Début mars, après 3 mois de croissance, les nouveaux bois du brocard atteignent leur croissance définitive et les velours, alors plus vascularisés, tombent en se desséchant. C’est également la période où les mâles retrouvent des comportements territoriaux probablement dû à une remontée du taux de testostérone dans leur organisme.  Certes les plus jeunes ne sont pas encore définitivement exclus du territoire mais pour ce qui est des plus âgés, il est temps de marquer son territoire. Ce comportement se traduit par des grattis au sol et des frottis sur les jeunes arbres.

Le printemps est de retour !

chevreuil1

chevreuil2

chevreuil3

chevreuil4

chevreuil5

 

24 janvier 2017  |  Aucun commentaire  |  

Malgré sa petite taille, la sarcelle d’hiver (Anas crecca) est fort probablement un des plus beaux canard d’Europe. Souvent en groupe à se nourrir dans les vasières des étangs, vers la fin de l’hiver alors que les oiseaux sont encore sur les quartiers d’hivernages, il est possible d’observer les premières parades amoureuses. Le mâle se redresse, bombe la poitrine et réalise un petit mouvement de la tête vers le ciel. C’est aussi une période de formation de nouveaux couples qui donnent lieu à des altercations encore les mâles.

_06W3446

_06W3453

_06W3374

_06W4778

_06W4577

 

 

12 mai 2016  |  3 Commentaires  |  

Trois mois, trois semaines et 3 jours après avoir été fécondées, au début du mois de mai, la laie se retire de la compagnie pour rejoindre un secteur isolé et plus calme de la forêt. À l’aide de végétaux, fougères et petites branches d’arbres, elle construit un nid qu’on appelle « chaudron ». Elle met alors au monde entre 2 et 6 jeunes selon le poids l’âge de la mère. À la naissance, les  marcassins présentent une robe rayée beige et marron clair.

sanglier 4

sanglier 1

Ils restent 10 jours environ au chaudron avant de sortir, et c’est seulement au bout de 3 semaines qu’ils suivront leur mère dans ses déplacements et rejoindre le reste de la compagnie. Les marcassins ne seront sevrés qu’à l’âge de trois mois.

sanglier 3

sanglier 2

 

Pendant cette période, la compagnie fait office de nurserie et les petits restent sous la vigilance des différentes laies. C’est le temps de l’apprentissage. Les jeunes passent l’essentiel de leur temps à jouer, simuler des joutes parfois violentes et impressionnantes, probablement pour instaurer une hiérarchie, mais aussi s’initier à la recherche de nourriture avec leur groin … le tout entrecoupé de siestes et de toilettage. Les marcassins sollicitent souvent leur mère en tentant d’atteindre les mamelles mais ils sont souvent rejetés. Le moment venu de la tétée, la laie se couche sur le flanc et les jeunes se disputent l’accession aux meilleures mamelles, celles probablement qui produisent le plus de lait. Dans une compagnie constituée plusieurs laies suitées, les tétées sont souvent synchronisées.

 

sanglier 5

sanglier 6

30 mars 2016  |  1 Commentaire  |  

Le triton palmé (Lissotriton helveticus) est le plus petit de nos tritons et probablement également le plus répandu. Cet urodèle se rencontre surtout dans les habitats forestières et de landes. Comme la plupart des tritons, le palmé passe l’hiver sur la terre ferme caché dans le sol ou sous des souches même si certains individus peuvent également hiverner sous l’eau.

En fin d’hiver, lors des nuits humides et douces, les tritons regagnent les mares, étangs voir même des ornières forestières pour se reproduire. Les mâles sillonnent alors les points d’eau à la recherche d’une femelle. La parade nuptiale est assez spectaculaire et complexe. Le mâle effectue alors une sorte de danse pour séduire la femelle. En suspension dans l’eau avec les pattes postérieures palmées, il tourne autour de la femelle en effectuant des mouvements avec sa queue. Il n’y a pas de contact direct avec le partenaire et cette parade permet de libérer des phéromones sexuelles.

Lors de l’accouplement, le mâle dépose une capsule dans le cloaque de la femelle appelée spermatophore  qui contient les spermatozoïdes. La femelle déposera ensuite les œufs fécondés un à un sur la végétation.

Toutes ces images subaquatiques ont été réalisées en milieu naturel avec des tritons libres sans utilisation d’aquarium.

triton palme 1

triton palme 2

triton palme 3

triton palme 4

triton palme 5