14 novembre 2012  |  1 Commentaire  |  

Le géotrupe communément appelé bousier est un coléoptère  coprophage qui se nourrit de matière en décomposition … faeces, champignons mais aussi de cadavres de divers animaux. Il enfouit la matière dans des terriers pour se nourrir ainsi que ses larves. En forêt, il est commun de voir des amas de géotrupes à proximité de faeces probablement attirés par les odeurs. Cet insecte participe ainsi activement au cycle de la matière organique en enrichissant les sols.

10 novembre 2012  |  Aucun commentaire  |  

Le stage Photo « Couleurs d’automne » a permis aux stagiaires de s’initier aux diverses techniques de la photographie nature. Dans des ambiances forestières, nous avons abordé les techniques de paysages (filés d’eau sur des torrents et d’arbres notamment), de macrophotographie (champignons et insectes) et d’affûts aux oiseaux (geai des chênes et sitelle torchepot). Un grand merci à vous deux Daniel et Jean-Claude pour ce partage.

Vous retrouverez la liste des prochains stages sur le lien suivant : http://christophesalin.com/2012/11/stage-couleurs-dautomne-2012/

8 novembre 2012  |  Aucun commentaire  |  

Le geai des chênes (Garrulus glandarius) est un corvidé présent dans la plupart des habitats forestiers et bocagers. Véritable sentinelle, il passe son temps à alerter dès qu’il voit un animal plus grand que lui.  Omnivore, il adapte son régime alimentaire selon ses besoins et les saisons … insectes, fruits, oisillons … A l’automne, il affectionne particulièrement les glands et les châtaignes qu’il cache ensuite pour faire des réserves hivernales.

6 novembre 2012  |  Aucun commentaire  |  

Avec les fortes pluies d’automne, les sols en forêt sont totalement gorgés d’eau. L’eau ruiselle alors pour rejoindre le lit de petits torrents forestiers. Un temps d’exposition de plusieurs secondes permet d’apporter une dynamique à la scène en créant un filé d’eau  avec un aspect vaporeux.

25 octobre 2012  |  Aucun commentaire  |  

La nature nous offre souvent de belles rencontres naturalistes. Bien que ce cerf présente un dimorphisme sexuel marqué par rapport à une biche  avec notamment un fanon développé en période de brame, il est totalement dépourvu de bois. On parle alors de cerf moine ! Cette absence de caractères sexuels secondaires que sont les bois ne l’empêche pas de présenter des comportements de brame et de convoiter les biches  mais en présence d’un autre cerf portant des bois, il prefère éviter les interactions. Cette particularité biologique s’expliquerait  par une malformation  liée soit à l’absence de testicule (animal  alors stérile) soit à un problème congénital (animal  alors fertile).